AMP Project : Qu’est ce que c’est ?

0

Point de départ du projet AMP (Accelerated Mobile Pages)

Depuis plusieurs année, Google affiche clairement un intérêt particulier pour la réduction du temps de chargement des pages sur le web. En intégrant cette donnée à son algorithme, Google avait déjà envoyé un signal fort aux développeur de site web : « réduisez le temps de chargement des pages ».

Cependant, la plus part des business models des sites d’édition / d’articles c’est la publicité associée. Celle-ci est souvent mise en place sur les sites à l’aide de javascripts, ces JS allongent nettement le temps de chargement des pages. Pages qui sont déjà alourdit par tous les scripts de widgets, de tracking, … mais aussi par toutes les images.

Aujourd’hui, le temps de chargement des pages est d’autant plus important avec une consommation du web sur les formats mobiles (smartphones et tablettes). Google a d’ailleurs annoncé qu’en 2015, 50% des recherches sur le moteur se sont faites sur un appareil mobile.

Un écosystème de « grand » moteurs (Google, Twitter, LinkedIn, Pinterest et WordPress), 8 éditeurs membres initiaux de DNI, veut aujourd’hui accélérer la tendance de la baisse du taux de chargement des pages. Pour cela, ces acteurs se sont concentrés sur la création d’un format universel dans un système en open source avec un objectif affiché : la vitesse du web sur Mobile.  Le projet AMP (Accelerated Mobile Pages) est né.

Réflexion autour de l’AMP Project

Le projet AMP se concentre sur 2 axes : la simplification de l’HTML et l’utilisation du cache Google.

La simplification de l’HTML : <html amp>

Le code HTML des pages est souvent complexe et long à charger. Avec AMP, un format universel est adopté avec une bibliothèque de balises en « open source » – balises qui sont amenées à être reconnues par les robots de Google, Twitter, Pinterest, etc… dès Février 2016. Certaines plateformes comme Nuzzel utilisent déjà le format AMP. Le back-end est simplifié mais l’éditeur garde la main sur le front-end.

Source : Google

Source : Google

L’utilisation du cache

Sur les pages standards du site, le crawler détecte le code AMP des pages grâce à l’ajout de la ligne :

<link rel= »amphtml » href= »https://www.example.com/url/to/amp-version.html » />

Il va ensuite mettre en cache le contenu de l’Url en AMP et servir ce cache au mobinaute qui veut le consulter.

En parallèle, un proxy vérifie régulièrement les mises à jour du contenu. La fréquence de crawl est intensive (moins de 5 minutes), mais l’éditeur peut aussi alerter Google pour les grosses mises à jour. Pour rappel, l’éditeur reste en charge du stockage des contenus.

amp-cache

Sur le plan Analytics, c’est l’URL de l’éditeur qui est prise en compte, même avec l’utilisation du cache de Google.

Google procède lui même à la présentation de la bonne page selon l’appareil utilisé : lorsqu’un mobinaute consulte un article disponible au format AMP, alors Google présente automatiquement la version AMP de la page. Lorsqu’un internaute consulte un article disponible au format AMP sur son ordinateur, alors Google lui présente automatiquement la version standard du site.

 

source : Google

source : Google

L’intégration chez Google.

Google a donné la date du 20 Février aux acteurs qui souhaitent être prêt à être présents dans le 1er batch de lancement.

Le produit sera live le 24 Février.

Google News, Google Now, Play Kiosque et Google Now on Tap intégreront le format AMP.

A date, le projet AMP ne concerne que les contenus News avec, pour objectif à terme, d’inclure tous les contenus consommés depuis un device mobile (recettes, voyage…).

Autres aspects.

  • Référencement :

Le format AMP ne boostera pas l’indexation des sites en soi. SAUF QUE, lorsque l’on voit l’intégration des contenus en AMP dans le moteur de Search Universel, il est évident que ce cluster prendra un rôle très important. L’absence de visibilité dans ce bloc Google, mis en avant de par son positionnement sur les pages mobile ne sera pas négligeable sur le CTR des pages.

  • Analytiques:

Google est encore en discussion avec AT Internet et Médiamétrie pour une intégration et une prise en compte des données AMP intelligente.

  • Monétisation:

Tous les acteurs publicitaires ne sont pas prêts à être AMP Friendly. Les sites éditeurs doivent donc faire le point avec tous leurs partenaires pour être en mesure de chiffrer leur éventuel perte.

  • Intégration vidéo:

Tous les players ne sont pas AMP Friendly et ceux qui le sont, propose une version AMP Friendly de leur tout dernier player – attention donc si vous utiliser un player qui n’est pas de dernière génération !

  • Autres sujets encore à l’étude:

Google travaille sur d’autres aspects : intégration vidéo, visualisation de data et de contenus enrichis etc.

Pour l’affichage des publicités sur son site, l’éditeur peut programmer ce qu’il souhaite mettre en pré-cache. Pour les contenus vidéo, le click to play s’applique. Google travaille également, avec Outbrain, sur la recommandation de contenus similaires. The Economist, The Huffington Post, Chartbeat, BuzzFeed, le NYT, ou encore Les Echos ont rejoint le projet.

Une centaine d’éditeurs français explorent actuellement la documentation et créent les premiers contenus AMP. D’après les dires de Google, les Bigs « 15 » des sites d’information seront présents en AMP dès le 24 Février 2016.

Share.

About Author

Je ne suis pas tombée dans la marmite du SEO lorsque j'étais petite ! Par contre, j'y suis aujourd'hui (dans la marmite) et j'y suis bien :) Je glane les infos à droite et à gauche, je travaille sur certains sujets et je compte bien tout partager avec vous. Ma seule problématique : le temps n'est pas élastique et cela prend du temps de partager mes données !

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.